22/01/2007

WWW.MESOPINIONS.COM

Bonjour,

N'étant pas informaticienne de haut vol (à ce stade, la création d'un blog est un vrai "mic-mac" .. lol),  je vous conseille vivement de cliquer sur la colonne de droite les CATEGORIES qui renvoient aux dossiers.

L'idée première de ce blog est de permettre de REUNIR nos forces et de pouvoir envisager une MOBILISATION afin d'arriver à un nouveau régime législatif qui libère notre société dont les fumeurs (et leurs amis) ne veulent pas etre exclus et doivent pouvoir être respectés.

Ce blog est également un moyen de faire connaitre un futur agenda (manifestation, conférence, festivités, etc)

N'hésitez pas à communiquer et à faire SIGNER LA PETITION sur www.Mesopinions.com

Affichez et envoyez des mails, afin que d'autres aussi puissent affichez, signez, etc et répercuter les informations

Merci.  Avec votre aide, d'autres actions vont s'organiser

                  Maintenant, lisez attentivement ce qui suit sous la photo

 

ph fl 4. bis

 

 

 

 

 

 

 

-  Le « tabagisme passif » … Quelle expression ?

 

 

Sous les apparats de l’acceptabilité, celle formulation langagière incisive, qui est souvent considérée comme appopriée, n’est-elle  pas pourtant douteuse ?  Ne flirte-t-elle pas avec des faits conceptuellement immodérés ?

Voici bien une expression linguistique qui insidieusement masque un détournement d’idée peu scrupuleux, en nous laissant (inconsciemment) croire que c’est le non-fumeur qui fume.  Il s’agit ici d’un glissement de sens … et si s’ajoute à cela l’idée officiellement martelée que « le-tabac-tue » … comment voudriez-vous concevoir et comprendre les fumeurs pour qui, aussi (ne le saviez-vous pas ?) …le tabac réconforte. 

Mais ce n’est pas tout. En transformant un (« simple ») RISQUE, (quand il n’est pas confondu avec un désagrément, une intransigeance de mentalité ou une répulsion émotive), en MENACE    au nom de la santé publique, est-ce donc, bien innocemment, loyalement acceptable ?

 

 

-   « Deux poids, deux mesures »

 

 

En un an, 2.300  non-fumeurs meurent du tabagisme (chiffre postulé du site officiel du PS)  en Belgique.  Environ vingt mille sont fumeurs.  (Et, pour vous donner une comparaison, parmi les causes de mortalité … - qui pourtant fait « moins de foin »- , plus de 2.000 personnes se suicident annuellement !)

 

Du point de vue global de la population, qui est le point de vue qui nous intéresse devant les mesures d’une politique liberticide (pour tous, si vous y réfléchissez), discutable (tant les enjeux sont importants) et drastique, totalitaire, et inhumaine à l’encontre des fumeurs, 2.300 divisé par le chiffre de population (environ 10 millions) égal 0,02 % !  Sans vouloir dire que le risque minime est négligeable ou que le tabac est bon pour la santé, soulignons la disproportion de certains faits dans ce débat.  Il y a en réalité plus de probabilité que vous mourriez d’un accident de voiture ou d’une chute accidentelle, que du « tabagisme passif » …

Et si d’un coté, 0,02 % de la population soulèvent une question … de l’autre 30 % se voient privés de leur liberté de choix et de l’exercice de leur liberté, entrainant dans ce mouvement  un changement profond, et véritablement dangereux,  de société  !  Ce sont les modes d’organisation meme des rapports sociaux et des relations humaines  qui sont atteints … et vulnérabilisés. L’accès à tous les dispositifs de fonctionnements de l’Etat.  Sa représentativité.  Son attrait (… fini ?! … les chanteurs fumeurs, les journalistes, les politiciens fumeurs ?)  Un droit, et un sentiment, d’appartenance.  L’amitié possible entre les etres.

 30 % de fumeurs (ajoutez-y leurs entourages)  sont touchés dans leur qualité, leurs fonctions et leur mode de vie et consommeront moins (ou ailleurs … avec d’autres).  Ce n’est pas seulement du plaisir de la Table dont il s’agit ici, avec une atteinte au principe de liberté fondamentale, un déni de droits, un statut d’infériorisation et de désappropriation de l’espace (territorial et social), de droits fondamentaux et de « façons de vivre » …c’est une mobilité économique qui bascule.   Toute une sociabilité qui s’effondre !

 

 

Ceci, du point de vue du respect des droits humains concerne toute la population, ses valeurs, sa viabilité.  Car, sur la terre de nos ancetres, si il y a bien un principe sur lequel on ne transige pas, c’est bien sur celui de la liberté fondamentale (de loin supérieure aux intérets électoraux), et l’impact de ces regrettables mesures, se fera sentir dans tous les secteurs, au creux d’un grand nombre d’activités (civiques, politiques ou économiques) et sur plusieurs niveaux de perceptions …

 

« Là où il n’y a plus d’etres libres, il n’y a plus de monde libre » ...

 

Et comment faire, si la loi ne change pas, pour suivre, participer à une discussion (d’amis ou autres), un négoce, une politique, un projet, une ambiance, une joie de vivre … s’il faut à chaque fois s’interrompre pour fumer et s’il faut aller ailleurs, aller « dehors »…  Comment faire pour aller où l’on veut, faire du shopping sur des kilomètres, jouer aux cartes avec un ainé (on va quand meme pas l’envoyer dans un bar), se faire belle chez le coiffeur, apprécier un paysage  ou une architecture (qui n’est pas dans un « coin fumoir »),  laisser libre cours à notre expressivité, montrer notre patrimoine et notre savoir-faire à des étrangers, faire des rendez-vous d’affaires, des contrats dans les halls d’hotels ou des foires commerciales …  Comment « se sentir (encore) chez nous » dans nos villes, notre société, nos villages ? 

...  Vous vous rendez-compte, pour prendre un exemple, qu'un Bruxellois ne sait plus "aller prendre un verre au Sablon" avec un copain (la plupart des bars sont des bars-restaurants), et s'il est fumeur, doit attendre l'été pour redécouvrir le plaisir de sa ville (et encore, limitativement, sur la terrasse) !

Il y a de quoi s’interroger ! …

 

Comprenons qu'il y a un aspect révoltant de voir ainsi se rétrécir les lieux typiques de notre sociabilité et les degrés de liberté, avec tout ce qui en découle.  Parce que pour les fumeurs , et pour tout ceux qui tiennent à certaines valeurs, « en Belgique, si-on-est-chez-nous-alors-on-peut-fumer »... "on-n'est-pas-dans-une-dictature-quand-meme !"   Il est tout à fait inadmissible qu’une bonne partie de la population soit mise dehors, contrainte du jour au lendemain d’aller dans la rue (littéralement) ou de faire le trottoir !… et le raisonnement vaut pour d’autres pays, avec des non-fumeurs, de France, d’Europe ou d’ailleurs, quoi qu’en veuille le polissage culturel ou politique actuel.

 

Il est proprement scandaleux qu’un fumeur en 2007 en Belgique soit susceptible d’amende ! (remarquez comme le disait un internaute, qu’en Somalie fumer serait considéré comme immoral, et puni de coups de fouet).

 

La notion (et la réalité) de  l’exercice de la « puissance publique », en ce compris « la force de loi »,  ne se doit-elle pas de veiller à la vision du monde et au maintien des libertés qu’elle engendre, si nous voulons lui garder notre confiance ?

 

30 % de la population ont droit à la Table, à leurs villes, à l’espace, aux structures de l’Etat … et à l’exercice de leur activité économique !  Qu’il soit permis de dire à tous haut et fort « N’AVALEZ PAS N’IMPORTE QUELLES LOIS ! »

Quelle Europe voulons-nous ? … (à cet égard, la cigarette, ou un peu de fumée, est instructive …  deux petits disent ceci, et ne disent pas cela  … un autre petit suit (en oubliant cela), puis, les « grands » ne disent pas cela, … parce qu’on a dit ceci … en serait-t-il de meme pour des dossiers comme le nucléaire, la Turquie, l’élargissement, l’immigration, etc … ?)

Ce qui, récemment encore, était une affaire gérée par les particuliers (et souvent bien réglée entre êtres civilisés), est devenue une « affaire d’état » (la «santé publique » brandie comme une menace, et agitée somme toute sur un risque relativement minime, le « tabagisme passif », gérable par des etres responsables sans intervention de l’Etat), pour devenir une politique globale de rigueur et de désappropriation de notre espace public.

Qu’il soit permis de dénoncer et de refuser ces mécanismes de la menace, qui sont des mécanismes de la terreur (... et en tous cas pas des effets de "persuasion" qui tendraient à nous inviter au calumet de la paix) et d’éveiller les consciences sur certains tournants éventuels de l’histoire.  Le manichéisme (car un nouveau clivage non souhaitable s’est créé entre fumeurs et non fumeurs), l’opportunisme idéologique sont souvent les traces de totalitarismes et de fascismes…

 

 

                                        0h … Non-fumeurs

                                      Y aviez-vous réfléchi ?

                            N’avalez pas n’importe quelles lois

 

 

C’est bizarre, non ? … mon chat m’aime, meme si je fume, et cela ne le dérange meme pas

Y a-t-il quelqu’un qui voudrait avec moi aller aux Galeries de la Reine ?  A Bruxelles, près de la Grand Place, elle est si belle...  Alors, que la Loi  m’y autorise (c’est un minimum, non ?) Qu’il signe ma pétition … et me permette de fumer. Je prendrais bien un petit café et un petit quelque chose à croquer pour lui expliquer :

 

« Ma vie, faut pas charier, j’en fais ce que je veux !.. ».  Je ne veux pas te déranger, mais, écoutes … j’ai quelque chose d’intéressant à te montrer.  Après, si tu veux, tu me diras si c’est formidable.

 

Le système législatif doit être adapté pour respecter la liberté fondamentale.  Et satisfaire fumeurs et non fumeurs, sans évacuer les uns ou les autres.  (Remarquez, les fumeurs n’ont jamais interdit les autres de créer ou d’animer des espaces de leur choix … de là à transformer pour tous,  en obligation « légale » de ne plus pouvoir fumer, quasiment partout, il y a un pas qu’il vaut mieux ne pas franchir !... A cet égard, les zones fumeurs et non fumeurs semblaient mieux convenir, et une politique d’aide à la recherche technologique sur les extracteurs de fumée aurait meme été économiquement la bienvenue et plus judicieuse)

 

Le saviez-vous ?

Si l’interdiction de fumer n’est pas levée, cela signifie aussi pour les non fumeurs :

 

-         de ne pas être bien informés

-         de payer plus d’impots ! (ben oui, … les paquets de cigarette contribuent …)

-         de perdre ou de ne plus pouvoir rencontrer des amis

-         de rompre avec des valeurs fondamentales de notre culture

-         de ne plus pouvoir prendre un sandwich à midi avec certains de vos collègues

-         d’ouvrir la porte au totalitarisme

-         d’évacuer de l’exercice concret du jeu politique et de l’action médiatique les « bons vivants » et les fumeurs soi-disant indésirables  (alors qu’ils auraient justement quelque chose à dire)

-         de rompre la spontanéité

-         d’empecher certaines (bonnes) habitudes … comme celles de fréquenter des habitants ou des commerçants fumeurs

-         de « condamner au chomage » ou à la faillite bon nombre de commerçants

-         d’accepter les drames humains (divorce, violence, suicide, etc) qui en résulteront

-         de ne plus s’aimer comme des fous dans une chambre d’hotel, ou d’y faire un contrat

-         de pousser le tourisme de 30 % de la population (de fumeurs belges), plus leurs proches … hors de nos frontières

-         de ne plus attirer la richesse et les investisseurs étrangers vers nous (show business, industrie du cinéma, secteur de l’hotelerie, etc … Francorchamps a déjà été bien secouée, à la base avec le tabac …  aujourd’hui, c’est dans les déserts que les courses d’automobiles ont lieu)

-         de ne permettre à un artiste de composer et réaliser une œuvre, peut-être historique pour l’humanité … dans un espace de son patrimoine, qui peut-etre l’inspire

-         de faire pale figure d’intellectuel face aux enjeux en arrière-fond …( d’une petite fumée)

-         de laisser s’échapper l’Europe à coups de restrictions et d’agencements au-dessus de nos tetes

-         de ne pas assurer la transmission de certaines de nos valeurs fondatrices au futur de nos enfants

-         de diviser la société (entre fumeurs et non fumeurs)

-         et d’accentuer la différenciation de classes sociales (les riches fréquenteront moins d’endroits variés comme auparavant, ils auront assez d’espace pour se recevoir chez eux, les moyens de se payer des endroits chics « réservés avec fumoir » … ou de s’expatrier ailleurs sous un soleil plus clément)

-         d’accepter de voir la grippe se développer en hiver (… quand les fumeurs devront sortir dans la rue, dans le froid … au risque d’attraper un ruhme ou une pneumonie… avec les répercussions inévitables sur les soins de santé…)

-         de traiter certains êtres humains comme des chiens

 

 

D’ailleurs, pour ceux qui aiment les animaux, vous n’avez pas remarqué ?  Quelques uns ont aboyé … ne se sont pas montrés des bons maitres …

Et tous doivent sortir en laisse.

 

Ne riez pas (ou plus)… on se moque de qui ici ?

... Vous suivez ?

 

Qu'il soit permis de refuser ce qui est une forme d'abus.  En faisant appel à la sagesse de tous !  Celle des non-fumeurs aussi.  Mais surtout, celle des politiciens ... puisqu'ils sont sensés être les gardiens des droits citoyens.

Ce n'est pas être garant de la liberté et des droits citoyens que ... d'imposer une interdiction de fumer dans nos cités.

La loi belge doit être changée le plus vite possible !  Pour le principe, avant tout.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

16:56 Écrit par amazonefa dans SIGNEZ !!!... SIGNEZ | Lien permanent | Commentaires (13) |  Facebook |